La police italienne a perquisitionné 72 lieux liés aux opérations IPTV

guardia-di-fiananza-9139198-jpg

  • La police italienne a mené une opération de grande envergure impliquant 72 raids dans 32 provinces du pays.
  • Les opérateurs et vendeurs de services IPTV pirates ont été arrêtés, tandis que certains abonnés pourraient également suivre maintenant.
  • La police avait une tâche facile de suivre l’argent, même si les pirates essayaient de masquer leur identité.

La police italienne a mené 72 raids sur des sites individuels à travers le pays, ciblant une plate-forme IPTV desservant 65 000 utilisateurs, soit un million d’euros par an. L’enquête a été lancée l’année dernière par l’Unité de police économique et financière de Venise (Guardia di Finanza). Les enquêteurs ont apparemment réussi à retrouver les opérateurs de la plateforme et les principaux revendeurs de ses services.

La police a également perquisitionné les deux bureaux qui traitaient les cartes prépayées achetées par les clients de la plateforme IPTV (10 euros), afin de sécuriser leurs abonnements de manière anonyme.

En relation: Plus de 4 millions d’utilisateurs IPTV en Italie dépendent de la consommation de contenu sportif piraté

Plus précisément, 22 personnes ont été arrêtées et inculpées pour avoir capturé, déchiffré et distribué des signaux de télévision payante sur des réseaux IPTV pirates. Les signaux provenaient de diffuseurs comme Ciel, DAZN, Mediaset, Infinity, et plus. Quarante-huit autres personnes ont été localisées et arrêtées pour avoir participé à des délits financiers, se livrant à la revente des services IPTV.

Les clients de la plate-forme – qui n’a pas encore été nommée – peuvent également trouver des problèmes, car l’enquête sur le matériel confisqué sera sûrement révéler les adresses IP à moins qu’ils n’utilisent tous des outils VPN.

Comme la police de la criminalité financière l’a déclaré à la presse, les opérateurs de la plate-forme IPTV remplaçaient leurs cartes tous les mois pour éviter toute identification. Les abonnés étaient invités à recharger de nouvelles cartes chaque mois, de sorte que l’argent allait aux mêmes personnes mais par des canaux légèrement différents. De là, 11 personnes en rotation ont transféré l’argent sur des comptes bancaires italiens et lituaniens, dans l’espoir que leur piste soit perdue. De toute évidence, ce n’était pas le cas, et nous pouvons dire que leurs efforts dans ce domaine sont vraiment inférieurs à la moyenne.

Le chef de la Fédération pour la protection des contenus audiovisuels et multimédias a commenté ce qui suit sur l’affaire:

«L’activité menée par la Guardia di Finanza de Venise, à laquelle vont nos plus sincères remerciements, est d’une importance particulière car elle va à l’encontre de l’une des formes principales et les plus nuisibles de piratage audiovisuel, à savoir l’IPTV illégale. Dans l’une de nos études récemment publiées, il a été mis en évidence que le piratage audiovisuel est un phénomène loin d’être sous-estimé, avec une incidence de 37% parmi la population adulte. Les IPTV illégales, en particulier, représentent l’une des formes d’utilisation illicite qui croît le plus rapidement: leur incidence à la fin de 2019 est de 10%, soit environ un quart du nombre total de pirates. »

Lire la suite: